Corte 96

Présentation

Vous pouvez télécharger cette page au format

Le groupe de réflexion « Corte-96 » est né d’un colloque tenu à l’Université de Corse en mars 1996 sur le thème :

"Réflexions éthiques sur la société corse".

Ce colloque s’était tenu à l’initiative de l’Eglise de Corse.

Le groupe informel qui a pris le nom de "Corte-96" s’est donné pour objectif, dès le départ, de prolonger la réflexion du colloque.

Les personnes qui composent ce groupe ont des appartenances politiques et associatives diverses.

Toutes ne sont pas engagées dans une démarche de foi.

Ce qui les réunit, c’est à la fois la préoccupation de l’avenir de la Corse et l’attachement à des valeurs liées à une commune culture chrétienne.

 Au fil de ses travaux, le groupe est parfois amené à produire des textes et à les rendre publiques.

En décembre 1997 a paru "Réhabiliter la politique en Corse".

En février 2001 le groupe a publié une déclaration "Pour que soit servi le bien commun".

 En approfondissant sa réflexion, "Corte-96" a produit une série de fiches sur l’identité corse :

"D’une identité défensive à une identité d’ouverture".

Six thèmes avaient été retenus, ils ont fourni la base d’un débat qui a eu lieu dans le cadre de l’Université de Corse en septembre 2003.

 La réflexion s’est poursuivie autour d’une question qui s’est imposée au groupe :

"Quelles sont les réalités à prendre en compte pour préparer la Corse de 2015 ?".

Question qui a alimenté les échanges d’une table-ronde à la salle des congrès d’Ajaccio en octobre 2004.

 Construire une dynamique de paix

Ce thème a été celui d’un colloque qui s’est tenu à l’Université de Corse le samedi 25 mars 2006.

"Corte-96" a voulu être partie prenante de cette démarche où une place centrale était donnée au témoignage de la communauté "Sant’Egidio".

Ce témoignage était précieux pour nous.

En effet "Sant’Egidio" a mené en divers points de la planète une action tout à la fois humble et efficace au service de la paix.

Et la Corse est en quête de paix.

200 personnes étaient présentes à Corte le 25 mars. Jan de Volder, représentant la communauté "Sant’Egidio" née de l’attention aux pauvres et appelée par le jeu des circonstances à agir en faveur des pays troublés par de graves conflits.

 L’après-midi une table ronde a permis à six personnes (politiques, associatifs, religieux) de répondre à la question

"De mon point de vue, à l’étape présente, quelles sont les conditions essentielles
d’une dynamique de paix en Corse ?
"

 Plusieurs ont exprimé le souhait qu’il soit donné suite à ce colloque.

D’où l’initiative du groupe "Corse-96", et d’abord le communiqué en direction de l’opinion publique.

Sur ce site nous publions également un compte-rendu de la journée du 25 mars.